dimanche 24 février 2013

Journal du 24 février 1905

Elle vient s'accouder aux fauteuils, devant moi.
- Puisque vous ne venez pas me voir, dit-elle, c'est moi qui vous fais une visite.
- Votre mari n'est pas là.
- Non.
- Vous lui raconterez la pièce?
- Un peu. Oh! Je ne suis même pas son inspiratrice. Non, ce n'est pas moi qui l'inspire.
- Vous voulez dire que c'en est une autre?
- Je le crains.
- Oh! dis-je, je ne le saluerais plus. 
- Pourquoi?
- Parce que, moi, qui me suis donné pendant dix-sept ans la peine de rester fidèle à ma femme, j'ai le droit d'être plein de mépris pour un homme qui ne resterait pas fidèle à la sienne... combien?
- Pas trois ans.
- Vous le calomniez. Il travaille.
- Oh! En tout cas, il maigrit.
Je la regarde. Comment lui reviendrait-il? Elle a l'air d'un pauvre parapluie. C'est très joli, une compagne intelligente, mais il faut que ce soit une femme, avec tout de même, que diable! un peu de ce qui est nécessaire pour faire l'amour.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.