lundi 11 février 2013

Journal du 11 février 1890

Chez Rachilde. M. Langlois le peintre, le fils d'Albert Wolf peut-être, si Albert Wolf a des fils. longueur de pieds, longueur de phrases, longueur de corps. Un pantalon un peu court, par exemple...
Charles Morice parle la tête dans son pantalon. Des guêtres sur ses souliers. Oh! ces guêtres! elles se soulèvent comme des visières, des visières à plis, de pauvres visières. un faux col sale, un gilet qui bâille par toutes ses boutonnières. Des cheveux pas coupés, une barbe rare, un monsieur mielleux et mauvais.
Il doit s'être brouillé avec Trézenick. Ils ne se sont pas vus depuis dix ans pour des raisons "inférieures à tous deux". Trouve Rod bête, Goncourt affamé de gloire et de considération, Méténier au-dessous de rien et les idées des autres mort-nées. A promis au Mercure des "Bouquets à Chloris" qui ne sont pas déjetés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.