mercredi 28 novembre 2012

L'homme ligoté

Depuis le 4 mai 2012, je publie le texte de Jean-Paul Sartre consacré à Jules Renard: "L'homme ligoté, Notes sur le Journal de Jules Renard". Aujourd'hui, 23ème et dernière page.
Pour lire le texte intégral, cliquer sur l'onglet "l'homme ligoté" dans la liste des libellés, à droite de cette page.
Suite et fin.
Il s'est tu, il n'a rien fait. Son entreprise fut de se détruire. Saucissonné, bâillonné par sa famille, par son époque et son milieu, par son parti pris d'analyse psychologique, par son mariage, stérilisé par son Journal, il n'a trouvé de ressources que dans le rêve. Ses images, qui devaient d'abord s'enfoncer comme des griffes dans le réel, sont vite devenues des rêveries-minutes, en marge des choses. Mais il avait trop peur de perdre pied pour songer à construire, au delà du monde, un univers qui lui fut personnel. Il revenait bien vite aux objets, à ses amis, à sa décoration, et ses rêves les plus persistants - parce qu'ils étaient les moins dangereux - se sont bornés à caresser les images d'un bon petit adultère tout plat qu'il a rarement osé commettre.
De la même façon, son Journal, parti pour être un exercice de sévérité lucide, devient très vite  un coin ombreux et tiède de complicité honteuse avec lui-même.  C'est la contre-partie des redoutables silences en famille de M. Lepic. Il s'y déboutonne - ce qui ne parait pas d'abord, parce que le style est en habit. Il agonise sa vie, le réalisme finissant l'a élu pour agoniser en lui. Pourtant, - est-ce par cette tentative acharnée de se détruire, est-ce par ce morcellement  systématique de la grande période flaubertienne, est-ce par son pressentiment toujours trompé du concret individuel, par delà les apparences abstraites de l'empirisme? - pourtant ce moribond témoigne d'une sorte de catastrophe qui a pesé sur les écrivains de la "Fin de Siècle" et qui, directement ou indirectement, est à l'origine de la littérature contemporaine.
Fin.
(Jean-Paul Sartre, Situations I, Gallimard, 1947.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.