mercredi 3 octobre 2012

Misia, Ravel et les Histoires natuelles 1/2

Ce fut un an après la croisière (au cours de l'été 1905) que Ravel décida de mettre le bestiaire de Jules Renard, Histoires naturelles, en musique. Selon ses propres termes, "le langage direct et clair, la poésie profonde et cachée" des poèmes en prose de Renard s'accordait parfaitement  aux nouvelles modulations de la ligne vocale nées de son inspiration musicale. Le projet, néanmoins, n’intéressait pas Renard.
Dans son journal du 19 novembre 1906, il relate d'un ton sec l'arrivée d'un émissaire: " Thadée Natanson me dit: " Un monsieur veut mettre en musique quelques-unes de vos Histoires naturelles. C'est un musicien d'avant-garde sur lequel on compte et pour qui Debussy est déjà une vieille barbe." Les puérils éloges de Thadée Natanson ne convainquirent pas Renard que cette initiative ne satisfaisait et ne touchait nullement; non, il n'avait aucun message pour Ravel. Et surtout, il n'avait pas la moindre envie d'entendre la musique.
le 12 janvier 1907, Ravel alla trouver Renard pour le persuader de venir au premier concert ce soir-là. Renard, qui trouvait que les spirituelles illustrations de Toulouse-Lautrec n'avaient en rien  rehaussé l'édition de luxe de ses poèmes, demanda d'un ton soupçonneux à Ravel ce que sa musique, selon lui, pouvait ajouter au texte. Ravel expliqua sa conception d'une nouvelle esthétique, mais ne réussit pas à tenter Renard, qui trouvait le compositeur dandy trop "noir, riche et fin". Renard envoya sa femme et sa fille au concert, mais pour sa part ne bougea pas de chez lui.
Suite demain.
(Arthur Gold, Misia: La vie de Misia Sert, Gallimard, 1981, p. 129-130)
Arthur Gold a recueilli les souvenirs de Misia qui avait été l'épouse de Thadée Natanson, ami de Jules Renard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.