dimanche 14 octobre 2012

Journal du 14 octobre 1906

Vente publique. C'est du vivant de la mère qu'il aurait fallu faire la vente et lui donner tous ces sous. 
La mère Bost, regardant une marmite qu'elle vient d'acheter:
-Elle est comme les vieilles, dit-elle; elle a le cul défait.
La vieille vivait  dans cette écurie, avec des poutres, sans fenêtres. Deux portes faisaient courant d'air. Elle n'aimait pas à recevoir chez elle.
De son ancien métier d'aubergiste, ce qu'elle avait gardé de pots, de tasses de café! Une vieille lanterne énorme pour éclairer les voyageurs.
Ils achètent pour deux sous tout un lot de vaisselle qui se casse quand ils veulent la prendre.
Il y a le vaniteux qui fait toujours monter et qui lâche au bon moment.
Des couettes, des matelas tachés, un lit et son sommier, 5 francs. Une table de nuit: c'est ce qu'il y a de plus propre Une vieille armoire, bonne, 24 francs.
la beauté du neuf, tout de même, c'est d'être propre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.