vendredi 12 septembre 2014

Actualité littéraire

Le jeune homme et le peintre.
De lui, Cocteau avait dit: "Le seul portraitiste qui nous lègue les usages de son époque avec un talent pointu postimpressionniste." Lui, c'était Jacques-Émile Blanche, le peintre de la belle Époque, de ses mondaines et de ses artistes... Mais Blanche ne fut pas que cela. A jamais son nom reste lié à celui de Marcel Proust. Il a été en effet son premier portraitiste et son premier critique littéraire: Blanche était aussi doué pour la plume que pour le pinceau. [...] En 1913, Proust n'est aux yeux de tous qu'un mondain et un salonnard, méprisé par ses pairs en littérature. Du côté de chez Swann est ignoré. Blanche sera le premier à défendre le roman en prenant la plume, dans L’Écho de Paris.
C'est ce texte, ainsi que deux autres, inédits en volume, que nous retrouvons ici réunis.
Portraits de Marcel Proust en jeune homme, de Jacques-Émile Blanche, Bartillat, 128 P. 12 €.
(Thierry Clermont, Le Figaro littéraire, jeudi 4 septembre, p. 7)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.