jeudi 7 mars 2013

Leçon d'histoire au temps de Jules Renard

En revanche, il y avait un terrain sur lequel ce que disait M. de Charlus était aveuglement cru et exécuté par Morel... Le terrain où Morel devenait si crédule et était si docile à son maître, c'était le terrain mondain...  "Il y a un certain nombre de familles prépondérantes, lui avait dit M. de Charlus, avant tout les Guermantes, ... Quant à tous les petits messieurs qui s'appellent marquis de Cambremerde ou de Vatefairefiche, il n'y a aucune différence entre eux et le dernier pioupiou de votre régiment. Que vous alliez faire pipi chez la comtesse Caca ou caca chez la baronne Pipi, c'est la même chose.Vous aurez compromis votre réputation et pris un torchon breneux comme papier hygiénique. Ce qui est malpropre."
Morel avait recueilli pieusement cette leçon d'histoire, peut-être un peu sommaire; il jugeait  les choses comme s'il était lui même un Guermantes et souhaitait une occasion de se trouver avec les faux La Tour d'Auvergne pour leur faire sentir par une poignée de main dédaigneuse, qu'il ne les prenait guère au sérieux.
Quant aux Cambremer, justement voici qu'il pouvait leur témoigner qu'ils n'étaient pas "plus que le dernier pioupiou de son régiment". Il ne répondit pas à leur invitation, et le soir du dîner s'excusa à la dernière heure par un télégramme, ravi comme s'il venait d'agir en prince du sang.
(Marcel Proust, Sodome et Gomorrhe, Folio classique, p. 475-476.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.