vendredi 22 mars 2013

Jules Renard à Cannes


Cannes (La Croisette).
– Ô Méditerranée insensible à la lune, tu ne bouges jamais et tu suces éternellement d'une lèvre bleu pâle ton sable fade mêlé aux épluchures des hommes.
Et toi, jambe d'éléphant culottée de coquilles Saint-Jacques, porte-rasoirs, manche à gigot, tuyau de cheminée modèle, plumeau, palmier, salut !
La verdure de ces jardins réjouit mon oeil comme l'étalage d'une coutellerie. Sur toutes ces pointes, appliquons-nous à lancer des anneaux.
Oranger du Midi, fier de tes pommes d'or faux, tu ressembles à nos arbres de Noël, mais plus riches que toi, ils portent dans leurs branches des petites bouteilles de liqueur.
« Ah ! je respire ici.
– Oui, c'est le climat préféré des scrofuleux. »
Ce soir, le soleil couchant est d'un jaune malpropre. On dirait qu'il a mangé de l’œuf.
(Jules Renard (1813-1877)Le Voyage à Nice.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.