mardi 4 septembre 2012

Jules Renard, reviens!

Comment un esprit aussi instruit, cultivé, brillant, intelligent, jovial, sympathique, que celui de Jean-François Kahn peut-il accoucher d'un charabia aussi prétentieux et abscons? :
Mais, ce qui s'est totalement enlisé après avoir été dévoyé - et ce qui s'avère et s'avèrera, en effet, catastrophique-, c'est l'aspiration à un dépassement dynamique d'une bipolarité inadéquate parce que polarisée autour de deux doxa obsolètes. L'égocentrisme, le ravissant  plaisir que l'on prend à être ce que l'on est, le surplomb élitiste par rapport au socle militant, les trop intelligentes habiletés politiciennes ont, hélas, contribué à subvertir un syncrétisme rare de talent, de courage et de lucidité. 
Remise dans son contexte cette phrase est-elle plus limpide? Hélas, non! Cher Jean-François Kahn, relisez-vous ou relisez Jules Renard.
(Jean-François, La catastrophe du 6 mai 2012, Plon, juin 2012, p.73)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.