mardi 18 septembre 2012

Journal du 18 septembre 1906

La littérature a développé en moi, à mes risques, une sensibilité douloureuse.
Je ne suis peut-être pas trop mal armé pour donner des coups, mais je suis mal armé pour en recevoir. A la première insulte, autant par orgueil que par dépit, je me tiens coi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.