jeudi 29 mars 2012

Témoignage de la nièce de Jules Renard

Mon grand-père était entrepreneur de travaux du chemin de fer  et c'est lui qui a construit, avec son frère, avant la guerre de 70, le fameux tunnel de Tavannes dont il a été tant parlé au sujet de la bataille de Verdun. Je savais que mon grand-père était Franc-Maçon, mais je suis bien étonnée qu'il l'ait été aussi jeune (26 ans), car à 30 ans il s'est marié à l'église, ce qui est, il me semble, incompatible. Mon grand père était, quoique d'origine paysanne, un homme très bien, intelligent et distingué, pas du tout un sectaire, et quand on le présente dans la Bigote comme un homme veule, cela donne vraiment envie de rire. il faut, du reste, que Jules Renard n'ait jamais su ce  qu'était une bigote puisqu'il affuble sa mère de ce défaut. Il avait tout simplement envie de faire une pièce contre les curés, laquelle pièce n'a eu d'ailleurs aucun succès, et il faut bien avouer qu'elle ne le méritait pas.
Je puis vous dire aussi que certaines lettres adressées à ma mère (la sœur de Jules Renard) resteront à jamais inédites; elles étaient tellement désagréables que ma mère les a détruites et cependant, à part sa femme et ses enfants, c'est bien une des rares personnes pour laquelle mon oncle avait quelque affection.
Nantes, le 17 avril 957.
(Extrait d'une lettre de Mme Capponi, nièce de Jules Renard à Léon Guichard, in Dans la vigne de Jules Renard, p. 285)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.