mercredi 20 janvier 2016

Journal du 20 janvier 1903

La châtelaine. Souper de centième chez Ritz.
- Rappelez-vous, dis-je à Robert de Flers; mon admiration pour Capus, voilà cinq ans, vous étonnait. C'est vous qui l'admirez maintenant.
Granier, les seins gonflés de talent.
Jane Heller, toujours jolie, mais, ce soir, elle scintille particulièrement.
Granier cite, avec trop de rire, un de mes mots d'enfants à Sarah Barnhardt, qui feint de ne pas avoir entendu.
Je dis à Lavallière, un peu au hasard:
- Vous avez un visage qui me plaît pour sa franchise. Vous devez avoir des qualités morales, vous.
Et voilà une pauvre petite bonne femme très émue, qui me prend la main à plusieurs reprises:
- Oh! que je suis contente! De tous les amis de Guitry, je me disais que vous étiez le seul à me mépriser, et j'en souffrais. Je pensais que vous n'auriez jamais de sympathie pour moi, et voilà ce que vous me dites. Oh! que je suis contente!
- Ce que j'aurais voulu jouer, dit Granier, c'est Poil de Carotte.
Cette centième, l'aboutissement de toutes ces folies!
Si l'on dit à l'une d'elles: "Vous êtes jolie", ça lui est égal.
Si on lui dit: "Vous avez du talent", elle est déjà plus touchée.
Si on lui dit: "Vous avez des qualités morales", on s'aperçoit qu'elles ont toutes un coeur de petite fille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.