mardi 19 janvier 2016

Journal du 19 janvier 1891

Hier soir, 11 heures 1/2, on sonne. C'était M. Marcel Schwob, qui me demande, à travers la porte, "un conte pour l’Écho de Paris". Dans l'éclairage de deux bougies, je vois une figure ronde, une tête déjà chauve. Nous cherchons en vain dans mes papiers.
Schwob voulait m'emmener tout de suite à l’Écho de Paris, comme j'étais, nu-pieds, en chemise de nuit.
J'ai raté une belle occasion, quoi!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.