lundi 7 septembre 2015

Journal du 7 septembre 1901

Toute la campagne est mûre. L'air a un petit goût sucré. L'herbe des prés est un peu cuite.  Les fleurs s'effeuillent en papillons.
Les hirondelles s’enivrent de leur vol. Moi, je suis sûr d'être heureux, et ce nuage qui, à l'horizon, prend ce teint de tuile, ne m'effraie pas.
L'hirondelle qui tourne autour d'une cheminée, mais si rapide que toujours elle semble venir de loin.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.