mardi 10 juillet 2012

La famille Renard vu par Maurice Bonnotte 3/3

Lettre de Maurice Bonnotte, secrétaire de la mairie de Chitry, à Maurice Toesca, auteur d'une biographie de Jules Renard:
Suite d'hier
Jane MILLAND, que j’ai interrogée sur le premier point, ne s’en étonnait nullement.  Bien qu’il ne fut pas  homme à raconter sa vie, son grand-père lui apparaît fort capable de quitter tout jeune sa famille, de très modestes cultivateurs, et d’affronter Paris. « Il y serait arrivé avec une pièce de 5 f. dans sa poche, d’après la ̋ rumeur familiale ̏ il a sans doute fréquenté les cours du soir, car son instruction lui paraissait ̋ assez poussée ̏…il parlait un français assez châtié et me reprenait lorsque je faisais des fautes. » Ni Jane Milland, ni sa sœur n’ont pu me dire avec précision comment François Renard a fait son chemin dans le métier.
Dans son livre « Dans la vigne de Jules Renard » aux P.U.F. 1966 à la page 214, Léon Guichard fournit une explication dont il n’était pas entièrement satisfait puisque, quelques temps après, il m’a demandé certaines précisions que je n’ai pu lui fournir, si ce n’est le lieu exact de la naissance de Madame Renard, Anne-Rosa Colin, c’est-à-dire NOGENT en BASSIGNY (Hte-Marne).
Il reste enfin que la carrière de François RENARD, sans doute favorisée par ce mariage, a été brève. F. Renard figurait encore sur la liste de recensement de la population de Chitry-les-Mines pour l’année 1841 comme journalier. Il s’y retirait 25 ans plus tard, rentier. Il faut croire que la construction des chemins de fer était une bonne affaire pour des entrepreneurs intelligents et sages comme F. Renard.
Je reste bien entendu à votre entière disposition et je vous prie de croire, monsieur, à mes sentiments dévoués.
Maurice Bonnotte
(Fonds Maurice Toesca, IMEC)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.