lundi 2 juillet 2012

Jules Renard vu par Marcel Proust 2/2

Suite d'hier.
Remarquer que la drôlerie y est toujours présente, c'est-à-dire image continue (exemple la pintade citée ci-dessus). Et que la préciosité y est quelquefois vérité.  Ainsi, dans le papillon, "cherche une adresse de fleur" n'est pas simplement de la préciosité, c'est-à-dire, quand on n'a plus de préciosité pour continuer, continuer l'image qui fait calembour et donne une fin qui n'est plus en rapport qu'avec son apparence verbale. Là, dans le papillon, "chercher une adresse de fleur" a sa vérité dans les tâtonnements du papillons qui va à chaque fleur, et demande, et a dû se tromper, puisqu'il va à une autre. Le "Chasseur d'images" est bien faible.
(Marcel Proust, Essais et articles, Au temps de Jean Santeuil, la Pléiade, p. 397, 1898.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.