samedi 14 avril 2012

Le Journal vu par Sacha Guitry 4/5

Telle réflexion de lui vous paraît à caution?  Et à lui, donc! Quelques pages plus loin, il dira le contraire, allez, n'ayez pas peur. Vous ne le prendrez pas en faute. Mais pourtant soyons justes: je dois convenir qu'il faut peut-être avoir connu Renard pour apprécier pleinement les beautés de son œuvre, et même pour saisir le sens exact de ces répliques hâtivement transcrites, de ces réflexions brièvement notées. 
J'en ai fait vingt fois, cent fois l'expérience. Je ne cesse de lire à mes amis certaines de ces pages plus particulièrement aimées - et lorsque je m'applique à imiter, non pas la voix de Jules Renard, qui n'avait rien de singulier, mais son ton, sa manière, l'effet produit sur ceux qui m'écoutent est mille fois plus vif et beaucoup plus profond. Car il est essentiel de ne pas oublier que Renard, avant tout - ou plutôt, après tout - était un humoriste.
Oui, oh! mais attention - n'allez pas mal prendre ce mot. Entendez-le comme il l'entend. Voici ce qu'il en dit, peu de jours avant de mourir: 
Humour: pudeur, jeu d'esprit. C'est la propreté morale et quotidienne de l'esprit.  Je me fais une haute idée morale et littéraire de l'humour. L'imagination égare. La sensibilité affadit. L'humour, c'est, en somme, la raison. L'homme régularisé.
Suite demain.
(Sacha Guitry, Les Nouvelles littéraires, 26 octobre 1935).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.