jeudi 12 avril 2012

Le journal vu par Sacha Guitry 2/5

Chez Renard, comment voulez-vous trouver le défaut de la cuirasse - c'est un homme tout nu! Ceux qui l'ont critiqué, que lui reprochent-ils?
Ce qu'ils reprochent d'ordinaire aux autres: de n'être pas différents de ce qu'ils sont!  non, ils ne veulent pas que Jules Renard soit comme il est. Ils ne le voient pas comme ça! Malgré toutes les erreurs commises depuis que des hommes se sont arrogés le droit - le droit - encore, passons - mais le pouvoir de juger infailliblement les œuvres des artistes, les critiques continuent à ne jamais se satisfaire de nos travaux. Ils nous refont nos pièces ou nos livres et ils nous supplient de leur "donner" bientôt l’œuvre parfaite qu'ils attendent de nous, et qui durera!  Car non seulement ils savent ce que c'est qu'une œuvre parfaite, mais ils peuvent en outre vous décerner pour elle un brevet de longue vie.
Pourquoi ne l'ont-ils pas décerner à Stendhal quand il se posait l'angoissante question, en ces termes d'une émouvante actualité: "J'ai pris un billet à une loterie dont le gros lot se réduit à ceci: "être lu en 1935!" C'est l'année ou jamais d'aller déposer quelques fleurs sur sa tombe en lui disant qu'il a gagné le gros lot. L'un d'eux déclare que: "La réputation de Jules Renard fut essentiellement une réputation de chapelle." De combien de grands hommes ne l'a-t-on pas dit!
Suite demain.
(Sacha Guitry, Les Nouvelles littéraires, 26 octobre 1935).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.