jeudi 19 avril 2012

Journal du 19 avril 1906

Honorine courbée en deux sur son lit. Elle n'a rien fait depuis quinze jours. Elle dit quelque chose que d'abord on ne comprend pas. Elle le crie:
- Étranglez-moi donc!
Sa couverture, ses draps sont propres. Ses brus, dont l'une est sourde et écoute avec inquiétude ce qu'on dit de l'autre, la soignent: c'est leur héritage. Mais le matelas est pourri. Quand on la déplace ou qu'on lui étire les jambes (elle hurle) , les plumes s'envolent. Il y en a qui  restent collées à ses plaies, et des enfants, toutes chandelles allumées, jouent avec les plumes.
Elle demande à boire. On lui tient la tête. Elle crie: 
- Vas-tu laisser ma tête tranquille, sacrée garce!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.