lundi 13 février 2012

Journal du 13 février 1896

Courteline dit:
Il faut battre une femme quand il n'y a pas d'autre moyen de la faire taire. C'est très joli, de dire: "Moi, je prendrais mon chapeau, ma canne, et je m'en, irais!" Mais ça ne se passe pas ainsi. Ça va encore dans la journée. On retrouve des amis au café, on cause, on joue; mais, le soir, où aller? Moi, d'abord, je ne peux pas passer la nuit dans ces hôtels où il n'y a pas de pendules. Je veux savoir l'heure, et je ne dors pas. Et je rentre chez moi, rien que pour savoir l'heure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.