jeudi 4 décembre 2014

Journal du 4 décembre 1908

Chez Boylesve. Et je ne reconnaissais pas sa femme aux jeudis de l'Odéon! Elle avait l'air d'une fillette avec son papa. Avec son mari, elle a à peine l'air d'une femme.
Hôtel, domestique qui se foutent de nous. Les dames dînent en chapeau. Jet d'eau dans une cour, mais Boylesve n'ose plus le faire marcher. Il le cache même derrière des rideaux.
Boylesve, un homme qui souffre physiquement, je crois, et dans son coeur littéraire.  On a dû le traiter d'amateur. Il souffre peut-être aussi du succès (?) d'un Henry Bordeaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.