mercredi 16 avril 2014

Journal du 16 avril 1906

Elle se voûte. Debout, je ne vois plus ses yeux terribles. Quelquefois, pourtant,  un éclair pâle monte jusqu'à moi, mais ça ne tonne plus comme autrefois.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.