mardi 20 octobre 2015

Journal du 20 octobre 1907

Le directeur de théâtre ne mesure pas la valeur d'un critique au tirage de son journal. Il les place par ordre de talent.. A l'homme de génie, une loge; à l'homme de talent, deux fauteuils aux premiers rangs. D'ailleurs, il ne les juge pas une fois pour toute: il les surveille. Pour un bon article, on peut avancer de deux rangs, pour un mauvais, reculer derrière quelques chapeaux de dames  connues et n'avoir qu'une place. On ne supprime jamais tout à fait le service: le critique ne souffrirait plus.
Le directeur ne se trompe jamais. si cela lui arrive, c'est parce que tout le monde se trompe. Personnellement, il reste infaillible.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.