mercredi 19 août 2015

Journal du 19 août 1907

Promenade à Montenoison, le 17. Le cocher gai:
- J'y suis venu lundi dernier pour amener un mort. Hi! Hi!
Les prés de Champlin. Des prés immenses qui valent entre 100 et 150 000 francs. Tout ça appartient à de riches régisseurs qui ont fini par manger leurs propriétaires.
Prés achetés autrefois aux communes, comme chaumes: ont-ils seulement été payés?
La voiture, une caisse trop noire qui doit être le corbillard de Montenoison; mais, quand on ne le sait pas...
Oh! avoir sur cette butte un vieil oncle que je viendrais voir de temps en temps!
Un homme jeune, qui nous prête sa lorgnette, nous dit:
- Je suis du pays, et j'ai attendu trente-cinq ans avant de venir voir ça.
Il le répète comme un titre.
Auberge. Hier, elle avait à déjeuner un ingénieur en chef de Paris.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.