samedi 31 janvier 2015

Journal du 31 janvier 1901

- La chambre n'a compté, ces derniers temps, dit Léon Blum, que deux orateurs: Jaurès et Clemenceau. Jaurès est un candide. En prose, il égale Victor Hugo. Il a supplié Millerand de n'être pas ministre; mais, Millerand une fois ministre, il l'a soutenu. Il est désintéressé.  Il ne souffre que de l'inintelligence de certains socialistes.  Comme on critique le détail d'un de ces discours, il répond: "Est-ce que je le rappelle ce que j'ai dit!" 
L'homme libre est celui qui ne craint pas d'aller jusqu'au bout de sa raison. Viviani est un homme de proie que je ne croie pas tout-à-fait désintéressé. Barthou a osé prendre la responsabilité de la chute du ministère Brisson. Brisson est un homme incorruptible, de cerveau limité, mais dont les quelques idées me sont agréables, ce qui me suffit. Waldeck-Rousseau est intelligent, mais pas supérieur à Freycinet, par exemple. Clemenceau est l'homme de la riposte incomparable, pendant vingt minutes, à la tribune.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.