dimanche 21 décembre 2014

Journal du 21 décembre 1900

Un joueur d'orgue de Barbarie s'arrête devant une fabrique de grandes orgues à tuyaux, pianos de tous facteurs, et joue un air à deux petits qui collent leur visage à la porte. On devine qu'au fond de la boutique le papa et la maman se cachent, s’impatientant de voir là ce vieil homme, et les petits cramponnés. Donneront-ils le sou? Disent-ils aux petits: " A table! A table! ou bien: "Vous entendez de bien plus belles musiques tous les jours?" Que va-t-il se passer?
Rien. Las d'attendre, le vieux s'éloigne, s'aidant, pour marcher avec ses pauvres jambes, de la jambe de bois qui soutient son petit orgue. 
Les deux visages se décollent, ou, plutôt, l'accordeur tire ses enfants en arrière, sort sur le pas de la porte et dit au vieux: "Vous le faites exprès", en lui montrant tout ce qui écrit sur la devanture. Mais, lui, il ne sait pas lire. S'il part, c'est tout simplement qu'on le chasse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.