vendredi 4 juillet 2014

La femme, un peu avant le temps de Jules Renard

La nature douce, molle, replète, arrondie de la femme, toutes les qualités qui font qu'elle est charmante dans la jeunesse, font aussi que tout s'affaisse, tout s'aplatit, tout pend dans l'âge avancé.
(Diderot, lettre LXXVI à Sophie, cité par Henri Lhéritier Moi et Diderot (et Sophie), p. 173, Édition Trabutaire, 2013.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.