mercredi 2 juillet 2014

Journal du 2 juillet 1897

Je l'emmène promener avec moi à la pêche, partout. 
Marinette qui devait me remonter, pleure.
Il semblait être de son jardin, comme les arbres.
Il ne marchait plus: il glissait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.