lundi 5 mai 2014

Journal du 5 mai 1902

Au Louvre, où Alfred Natanson m'emmène voir des David, des Velasquez, et des petites natures mortes de Chardin: je prends des œufs pour des oignons. Rien de cela ne me passionne.
En sortant, je vois un merle noir à bec jaune, tout seul, au milieu d'une tache d'ombre écartée sur une herbe verte. Voilà de la peinture.
Tous les marronniers ont ouvert leurs feuilles comme des petites ombrelles d'un soir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.