jeudi 3 octobre 2013

Le mariage des prêtres au temps de Jules Renard

L'encyclique du pape
sur le mariage des prêtres
Nous croyons devoir donner sous toutes réserves  le texte de l'encyclique de Léon XIII sur le mariage des prêtres tel que nous l'apportent les journaux sud-américains.
"Nous, Léon XIII, pape, par la grâce de Dieu, son vicaire sur la terre,
Nous nous adressons à vous, vénérables archevêques, évêques, prêtres et fidèles de l'Amérique latine, et vous faisons savoir qu'après avoir consulté les vénérables pères du concile nous décrétons :
1° Considérant que le célibat ecclésiastique n'est pas de droit divin, mais a été établi et prescrit par les sages conciles des premiers siècles de l’Église et par nos prédécesseurs au pontificat, pour apporter une plus grande pureté dans la célébration des saint mystères et aussi pour assurer plus de zèle et d'abnégation de la part des prêtres dans l’accomplissement des devoirs difficiles de leur ministère, - discipline exigée par les circonstances dans un temps où les vocations  pour le service de l’Église étaient innombrables;
2° Considérant qu'à l'époque présente et particulièrement en Amérique les vocations pour le sacerdoce deviennent chaque jour plus rares, ce qui fait qu'il existe de nombreuses paroisses acéphales au préjudice de la foi et du service religieux;
3° Considérant que la cause la plus puissante pour laquelle la jeunesse née et élevée dans l'atmosphère matérialiste du présent siècle s'éloigne du sacerdoce est le célibat ecclésiastique, qui, s'il entoure le prêtre de prestige et d'autorité, exige aussi, à la vérité, une vertu et un sacrifice héroïque pour lequel il faut une grâce très spéciales que Dieu n'accorde pas à tous.
En vertu de ces puissants motifs et après avoir consulté les pères du concile latino-américain, nous déclarons:
Que nous laissons la liberté aux prêtres de cette région, et seulement en raison de nécessités inéluctables parmi ces nations et ces peuples, de contracter mariage, en se soumettant en tout, sur cette matière, à la discipline générale imposée par l’Église aux fidèles.
Nous n'en conseillons pas moins, par les présentes, l'observation du célibat, comme constituant l'état le plus parfait, le plus saint et le plus digne du prêtre.
La faculté accordée entrera en vigueur le 1er janvier 1900.
Fait à Rome, le 10 juillet de l'an du seigneur 1898, vingtième de mon pontificat.
Léon XIII, pape."
(Le Journal, 6 janvier 1900)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.