mardi 29 octobre 2013

Actualité littéraire

Par quel mystère un écrivain mondain, snob, asthmatique et spécialisé dans l'exploration des sensations intimes a t-il pu devenir, en moins d'un siècle, l'objet d'un culte planétaire? Et par quel miracle une oeuvre née entre fumigations et murs de liège, dîners en ville, médisances, singularités sexuelles et cruauté sociale, " à la française" est-elle parvenue à parler, d'une même voix, au coeur d'un japonais, d'un américain, d'un iranien, d'un coréen?
Telle est bien, pourtant, la grandiose aventure de Marcel Proust qui - méconnu, illustre, adulé, commenté, psalmodié, adapté, traduit - aura, par son destin posthume, su enjamber la plupart des obstacles d'oubli ou de malentendus qui guettent les artistes disparus avant d'avoir assis leur réputation [...]
Tout individu qui, ayant sérieusement lu la Recherche, prétendra qu'il n'est pas chahuté de fond en comble devra être considéré soit comme une brute, soit comme un menteur... 
(Jean-Paul Enthoven, Le Monde hors série, Une vie, une oeuvre, Marcel Proust, novembre 2013.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.