jeudi 31 janvier 2013

Les Philippe

Philippe habite la maison qu'habitait son père. Il a fait bâtir une grange près de la maison et la grange neuve est bien mieux que la vieille maison qui menace ruine.  D'abord, on ne voit pas clair à l'intérieur de cette maison. Il faudrait remplacer la porte pleine  par une porte-fenêtre; mais on en parlera une autre fois. Ce qui presse, c'est le toit de chaume: il s’affaisse et s'éboulera si on ne change la grosse poutre du milieu.
"Il n'y a plus à reculer", se dit Philippe.
Il achète une poutre et la charroie devant la porte de sa maison, et c'est tout ce qu'il peut faire pour le moment. Il la mettra sur le toit, plus tard, quand il aura de quoi payer une couverture de paille. La poutre reste par terre, à la pluie, au soleil, dans l'herbe, et les gamins s'amusent à courir dessus, quand ils sortent de la classe.
(Jules Renard, Les Philippe.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.