samedi 21 janvier 2012

Jules Renard vu par Pierre Veber 1/2

Suite de l'article de l'humoriste Pierre Veber paru dans Gil Blas du 11 mars 1895:
"L'auteur de Poil de Carotte et de L’Écornifleur est grand, solide, roux, flegmatique, concis; un front inquiétant et comme enceint; des yeux qui vrillent. Il créa vraiment un "sourire nouveau"; le sourire pincé, mais pincé jusqu'au sang. Il saisit les petits gestes qui révèlent les grosses canailleries, et les pauvres attitudes des vices féroces; il guette les moindres grimaces du snobisme, avec l'âpreté d'un observateur susceptible qui prendrait pour autant de reproches  directs les manifestations des travers d'autrui. C'est ainsi qu'il veut qu'on le dise "le bon écrivain" par excellence.
Sa vie n'offre pas grand intérêt; il s'est toujours garder d'accomplir des actes qui tombent sous le coup des lois, tels que l'attaque  à main armée, le vol avec effraction et l'attentat à la pudeur. Il est tout entier dans ses livres et n'a vécu que la vie de ses imaginations. Il tire remarquablement de l'épée; mais c'est mesure préventive aussi bien contre l'obésité que contre la malveillance.
Bref, dans les lettres, dans la vie et sur la planche, Jules Renard a une excellente position." Citons  encore de lui les Coquecigrues la Lanterne sourde, Le Coureur de filles (Flammarion, et Ollendorf, éditeurs).
Demain dimanche 22 janvier, suite et fin de l'épisode X...roman impromptu avec ce qu'en dit Tristan Bernard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.