lundi 2 janvier 2012

Journal du 2 janvier 1896

Chez Sarah Bernhardt. Elle est couchée près d'une cheminée monumentale, sur une peau d'ours blanc. D'ailleurs, chez elle,  on ne s'assied pas: on se couche. Elle me dit: "Mettez-vous là, monsieur Renard." Là? Où? entre elle et Mme Rostand il y a un coussin. Je n'ose pas m'y asseoir, et je m'agenouille aux pieds de Mme Rostand, et les miens dépassent, dépassent, comme dans un confessionnal.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.