mardi 24 mai 2016

Journal du 24 mai 1906

Promenade à Pazy. j'avais choisi un chemin charmant à travers le bois: il n'était que boue. Chaque fois qu'elle patauge, Marinette dit: "Ça ne fait rien", ou: "J'arrive, sois tranquille. J'essuierai mes pieds dans l'herbe." La femme qui accepte ainsi la boue du chemin, c'est la bonne camarade, qui n'a pas peur de la vie.
Prés gonflés d'une herbe abondante, bien clos d'une haie touffue.
Clocher en bois et isolé sur une hauteur. On s'étonne que la foudre ne l'ait pas encore aperçu. 
Vieilles femmes défiantes, immobiles comme des bornes à leur porte.
Le cantonnier heureux quand quelqu'un passe sur la route.

lundi 23 mai 2016

Journal du 23 mai 1905

Un vent! tous les arbres, comme des désespérés, joignent leurs branches et se plaignent lugubrement.

dimanche 22 mai 2016

Journal du 22 mai 1891

Vu ce matin Barrès. La conversation sur Mallarmé. Cela rapportera des millions, le Grand Œuvre.  Mallarmé disant à sa femme et à sa fille: "Maintenant, vous pouvez y aller: je suis sûr de moi", et les deux femmes ont jeté par la fenêtre quelques sous.
- Mais où en êtes-vous du Grand Œuvre? lui dit Barrès.
- Tenez! dit Mallarmé en lui montrant sur sa table un amoncellement de papiers.
Il s'absente, et Barrès, curieux, feuillette: les copies des élèves de Mallarmé!
On ne peut pas fréquenter Mallarmé sans avoir du génie.
Une réunion des Symbolistes d'après Barrès. Dîner glacial. "Le continuateur de Pascal: Théodore de Banville", dit Morin. Éclats de rire. "Si nous ne voulons pas nous prendre au sérieux, allons-nous-en! dit l'un d'eux.
Finie, la forme du roman. Barrès méprise les paillettes de l'esprit. Ne refera plus de Renan et a préparé un "Taine en voyage" qu'il ne publiera pas.  N'aime que les idées, la métaphysique, qui le grise, et dont on peut jouir sans comprendre.
Prépare des dialogues à la Sénèque.

samedi 21 mai 2016

Journal du 21 mai 1889

- Qu'est-ce qu'il fait donc, Jules?
- Il travaille.
- Oui, il travaille. A quoi donc.
- Je vous l'ai dit: à son livre.
- Faut donc si longtemps que ça, pour copier un livre?
- Il ne le copie pas: il l'invente.
- Il l'invente! Alors, c'est donc pas vrai ce qu'on met dans les livres?

vendredi 20 mai 2016

Journal du 20 mai 1909

Suite d'hier.
Parfois, je la crois de trente ans plus jeune, aux prises, par la ruse avec Poil de Carotte. Mais elle dit, avec une douceur feinte:
- Tu me grondes? Eh bien, c'est raide, ce que tu me dis là!
Elle ferme la porte au nez de Ragotte, mais Ragotte dit:
- C'est le Monsieur qui m'envoie.
La porte s'ouvre.
Trois états: lucidité, amollissement, vraie souffrance. En lucidité, elle est bien toujours Mme Lepic.
elle envoie Philippe nous dire: 
-Ne partez pas!  Je sens bien que je suis perdue.
Dans ses façons de vous tenir les mains et de les serrer, il y a presque des intentions de faire mal.

jeudi 19 mai 2016

Journal du 19 mai 1909

Maman. Sa maladie, ses mises en scènes dans le fauteuil.  Elle se couche quand elle entend le pas de Marinette. 
Ses moments de lucidité. C'est alors qu'elle joue le mieux la comédie.
Elle tremble, se frotte les mains, claque des dents, et, les yeux un peu hagards:
- Qu'est-ce que je vais encore faire! dit-elle. Oh! Je vais m'y mettre.
"Je vais travailler. Quand on travaille..."
Elle fait une reprise à son bas.
Belle vieille encore, figure de sorcière aux traits nets, ou de vieille femme de roulotte, avec ses cheveux blancs ondulés.
Les asperges qu'on lui offre, elle les donne aux lapins.
Les femmes viennent la voir comme des voleuses. Elle n'a plus une chemise, ni un drap: elle a tout donné.
Elle finissait par dire: "Je n'ai plus besoin d'argent."
Suite demain.

mercredi 18 mai 2016

mardi 17 mai 2016

Journal du 17 mai 1906

Ne pas écrire trop serré. Il faut aider le public avec de petites phrases banales. Daudet savait les intercaler.

dimanche 15 mai 2016

Journal du 15 mai 1906

Je suis devenu paresseux parce que Marinette a eu peur de me dire que je ne travaillais plus.

vendredi 13 mai 2016

Journal du 13 mai 1904

Le poète Ponge dit, en regardant la nature.
- C'est beau, comme dit Lamartine.

jeudi 12 mai 2016

Journal du 12 mai 1892

Oh! ces retours de courses au bois de Boulogne, ces figures tristes, ces cochers blêmes, ces gens qui se dévisagent sérieusement, sans un mot, enfoncés dans leur voiture, la main du cocher qui se lève pour prévenir le cocher qui suit! Les chevaux sont les plus gais en agitant la tête.
Les vieux qui ont leurs filles pour maîtresses.  Et ces grues! Ces gens reviennent de s'amuser.

mercredi 11 mai 2016

Journal du 11 mai 1893

D'esparbès nous disait l'autre jour:
- J'ai fait deux lâchetés dans ma vie: j'ai dédié deux contes, l'un à Coppée, l'autre à Theuriet.
Or, ce matin, Coppée vient de payer royalement la première par un article de tête du Journal. Theuriet ne se fera pas attendre.

Actualité littéraire


Écrire en artistes des Goncourt à Proust
Textes rassemblés et présentés par
Pierre-Jean Dufief et Gabrielle Melison-Hirchwald
Romantisme et Modernités N° 161
1 vol., 312 p., broché, 15 × 22 cm
ISBN 978-2-7453-2904-2
CHF 55 ht / 55 € ttc

mardi 10 mai 2016

lundi 9 mai 2016

Journal du 9 mai 1893

Si l'on ne m'avait pas fait croire que j'étais un grand artiste, j'eusse fait de belles choses.

dimanche 8 mai 2016

samedi 7 mai 2016

Journal du 7 mai 1907

Gérault-Richard me raconte ses griefs contre Jaurès. Aucune sensibilité; à la fois impérieux et lâche, il a tout supporté de Gohier. Leur brouille date de la fondation de l'Humanité. Gérault devait être rédacteur en chef. Il avait trouvé 200.000 francs, Jaurès, une centaine de mille, fournis par des petits juifs, qui demandaient 5.000 francs d'appointements. Ils ont obligé Jaurès à écarter Gérault.
-Simple ouvrier dit-il, j'ai pu devenir journaliste. Je ne serai jamais que journaliste.
Il brûle d'envie d'être ministre.

vendredi 6 mai 2016