mardi 31 mars 2015

Journal du 31 mars 1898

Dîner Rostand.
- Enfin, Renard, que feriez-vous à ma place, après Cyrano?
- Moi? Je me reposerai dix ans.
En réalité, je sens qu'il passe par dessus moi. S'il m'accordait du génie, il se trouverait sublime. Il y aurait toujours une petite nuance.
Où il travaille le mieux, c'est en chemin de fer, et même en fiacre. Le mouvement agite son cerveau comme un panier d'idées.
Il a cinquante sujets de pièces aussi merveilleuses que Cyrano.
Il aime tout du théâtre, jusqu'à des odeurs d'urinoir.
- Vous dites ça en riant!
- Je le dis en riant parce que c'est très sérieux.

lundi 30 mars 2015

Journal du 30 mars 1901

Voyage de trois jours à Chaumot.
Les bouillottes grillonnent, rossignolent. un homme monte à une station. Il n'a pas de bagages. Il a un chapeau en cône tronqué, un pardessus jaune, un pantalon fripé, l'air pauvre. Il se jette dans un coin et, les mains dans les poches de son pardessus qui ferme mal, il dort. Il a les lèvres épaisses, la figure commune, le souffle malsain. De temps en temps il ouvre un peu les yeux et me regarde. J'ouvre les miens tout grands. Est-ce l'assassin?
Pendant qu'il dort, je m'assure que la sonnette d'alarme est au-dessus de ma tête et que mon bras n'a qu'à se détendre vite, comme un ressort. Les mains dans les poches de son pardessus lâche, mou, ne me semblent pas serrer une arme. quant aux bouillottes, elles sont toutes deux sous mes pieds et sous les siens, puisqu'il est en face de moi.
Tout à coup - et il n’y a aucun intervalle  entre son sommeil et ce geste -, il tire de sa poche un papier plat. Est-ce un joueur, et va-t-il m'offrir une partie de cartes? Il développe un premier papier jaune, puis un second, tire une paire de ciseaux et un couteau, presque un canif. Il s'assure que les ciseaux fonctionnent bien et, du bout du doigt, que toutes les lames du couteau ont le fil très fin. Il enveloppe le tout dans un seul papier et remet le paquet dans sa poche.
Le train s'arrête. Il est arrêté depuis quelques secondes que l'homme, sans même prendre le temps de se réveiller, descend et ferme la portière.
Resté seul, je me détends, comme si j'avais échappé tout de même à quelque danger.

dimanche 29 mars 2015

Journal du 29 mars 1889

La plus sotte exagération est celle des larmes. Elle agace comme un robinet qui ne ferme pas.

samedi 28 mars 2015

Journal du 28 mars 1902

Le maître d'école de Chitry. Il y est depuis quinze ans.  Il aura sa retraite dans six ans. Le plus bavard des pêcheurs, il a une histoire pour chaque poisson: il y en a qu'il traite d'imbéciles.
Il ne dit jamais: "L'inspecteur primaire." Il dit: "Monsieur l’inspecteur." Dans un désert, il n'oublierait pas "monsieur".
Une boite à vers pendue au cou par une corde.

vendredi 27 mars 2015

Journal du 27 mars 1889

Des yeux à peindre, mais par un peintre en bâtiment. Un peintre ordinaire n'y arriverait pas.

jeudi 26 mars 2015

Journal du 26 mars 1897

- Cent découpures, dis-je, ont constaté le succès du Plaisir de rompre.
Pourquoi cent, puisque je sais très bien qu'il n'y en a pas encore soixante-dix.

La croix de la légion d'honneur au temps de Jules Renard

Chemin de croix
[...] Est-ce que Jules Renard, qui est un écrivain parfait, un pur classique, qui compte à son actif trois ou quatre chefs-d’œuvre - des vrais! - et dont le nom, dans les temps à venir, s'accolera, sur des cartouches, à celui de notre La Fontaine, est-ce que Jules Renard est décoré?
Mais non, mon cher Antoine, il ne l'est pas... On annonçait partout, dans les gazettes, qu'il le serait... Oh! j'étais bien tranquille! C'est M. Jules Mary qui le fut à sa place.
Mon Dieu, oui! ... Et c'est juste!...
Et j'ose espérer qu'il ne le sera jamais. Car, le jour où il le serait, à voir ce qu'on décore, ce qu'on crucifie, ce qu'on légionnise, ce serait à se demander si son talent unique, et qui nous est si cher, n'a pas faibli, et s'il ne doit pas bientôt,  à l’abri de cette croix, entrer dans le grand silence des choses mortes!
Ah! que c'est donc mélancolique d'avoir à parler de ces choses oiseuses, et pourquoi faut-il que tous les ans, à la même époque, on éprouve au coeur cette petite tristesse, à voir, parmi ceux que l'on chérit et que l'on admire, les meilleurs, quelquefois, s'arrêter, eux aussi, comme les autres, et s'agenouiller devant chaque station de ce douloureux chemin de croix!...
(Octave Mirbeau, Le Journal, 21 janvier 1900.)

mercredi 25 mars 2015

Journal du 25 mars 1909

Et voilà qu'on analyse des petites bouteilles de mon urine, et j'ai de l'albumine. Et, avec un petit appareil qui tient de la boussole et du chronomètre, Renault prend la pression de mes artères, et l'aiguille marque vingt. C'est trop. Mes artères, quoique très souples, battent fort. Il va falloir prendre des notes sur ma vieillesse.

mardi 24 mars 2015

Journal du 24 mars 1898

Ma volonté se ride.

Actualité littéraire

Laissez faire Alexandre Jardin.
Alexandre Jardin donne ses remèdes pour sortir la France de la crise. Dans Laissez-nous faire! on a déjà commencé, il appelle les citoyens à ne pas tout attendre de la classe politique et à se prendre en main pour changer le société. A paraître le 16 avril chez Robert Laffont.
(Le Figaro littéraire, jeudi 12 mars 2015, p. 4.)

lundi 23 mars 2015

Journal du 23 mars 1891

Balzac est peut-être le seul qui ait eu le droit de mal écrire.

Actualité littéraire

À l'occasion du salon du livre de Paris, le Figaro publie un sondage demandant aux français lequel de nos écrivains, (vivants ou morts) était le plus "populaire" (échantillon 1015 personnes les 11 et 12 mars. Bien que ce sondage ne vale pas tripette, comparer Maurice Leblanc à chateaubriand n'a aucun sens, Françoise Sagan à Corneille encore moins, voici un extrait du résultat:
Alphonse Daudet: 13/34; Gustave Flaubert: 16/34 (A part Madame Bovary, et encore, qui lit Flaubert?); Voltaire (vous avez bien lu: Voltaire) 19/34; Marcel Proust: 29/34; Céline: 30/34.
Voltaire plus lu que Simenon ou San Antonio! Ne riez pas. LOL s'abstenir.
(In le Figaro littéraire, jeudi 19 mars 2015, p. 7)

dimanche 22 mars 2015

Journal du 22 mars 1907

Théâtre. Non seulement ils ne veulent que des compliments, mais encore ils exigent qu'on ne dise que ce que l'on pense.

samedi 21 mars 2015

Journal du 21 mars 1890

Dit, hier soir, entre autres bêtises:
- La synthèse du naturalisme n'a pas été faite. Nous sommes à une époque de transition, et nous marchons au mysticisme et au socialisme.La Bruyère n'est pas une littérature, mais pourquoi? Si le roman avait eu de son temps la vogue qu'il a de nos jours, La Bruyère aurait mis ses Caractères en roman. Quel est l'homme  qui viendra recréer un monde? On comptait sur Rosny. Rosny  s'est et nous a trompé. Qui laissera une œuvre? On relira Madame Bovary, peut-être, et quelque chose de Balzac, mais quoi?
Du Plessys: La philosophie de Ghil? Mais Ghil confond Haeckel  et Hegel.
Vallette: Rachilde ne fait pas de pornographie. Ses livres manquent de phosphore. Elle ne fait pas titiller. Mendès ne fait pas titiller.
- Et vous, Rachilde, vous faites du sadisme, de la cruauté en amour.
Du Plessys: Raynaud est un enfant.
Marius André: Vous aimez le joli, moi, j'aime le grand. je suis encore un romantique. Ainsi, Péladan fait grand.  J'ai pris deux fois le cordon de sa sonnette sans oser le tirer. J'ai relu dix fois Monsieur de la Nouveauté. 
Rachilde: oh! Oh!
Vallette: Quand vous serez à la centième, vous nous payerez à dîner.
Rachilde: Samain doit avoir des coins redoutables. 
Vallette: Je vous connais par deux coins, vous, Renard...
J'avais peur de Barbey d'Aurevilly, à cause de Brummel, de Huysmans avec lequel j'ai passé une soirée en me demandant tout le temps: Se moque-t-il de moi? Mais je considère François Coppée comme un copain.


vendredi 20 mars 2015

Journal du 20 mars 1909

Beethoven est un succès, et Antoine feint de mépriser ça. Trarieux, qui décidément me plaît de moins en moins, insinue qu'on ne jouera pas ma pièce et qu'Antoine quittera l'Odéon à la fin de la saison.

Actualité littéraire

Dictionnaire biographique des protestants français, sous la direction de Patrick Cabanel et André Encrevé, Éditions de Paris, vol.I, 830 p. 36 €.
Patrick Cabanel et André Encrevé se sont lancés dans une entreprise considérable avec enthousiasme et bonne humeur: tracer le portrait de la communauté protestante sous la forme d'un dictionnaire. Un éditeur courageux, Max Chaleil, les a soutenu tout de suite. Le premier volume, qui nous conduit de la lettre A à la lettre C, vient de paraître; la publication des trois autres s'étirera jusqu'en 2020.
Autant le dire d'emblée, les deux historiens savent instruire en divertissant le lecteur.
(Frédérick Casadesus, Réforme, 19 février,2015, p. 15.)
"Nous avons décidé de présenter les protestants français depuis 1787 - date de la publication de l'édit de tolérance - jusqu'à nos jours. " (Les auteurs)

jeudi 19 mars 2015

Journal du 19 mars 1900

Chez Antoine. J'écoute Poil de Carotte en toute sécurité. Les effets sont sûrs. Je les attends, ils viennent. La servante a le plus gros, et Desprès en est un peu gênée. Elle me conseille de lui faire une observation.
Dans la loge d'Antoine, Trarieux, Antoine, Brieux, contre Rostand que je soutiens, mais j'ai un peu l'air d'un agent provocateur. 
- Un jour, dit Antoine, j'ai entendu le premier acte des Romanesques. J'ai trouvé ça tellement bien que je suis parti, de peur d'aimer les deux autres.

mercredi 18 mars 2015

Journal du 18 mars 1902

Un marin qui a fait le tour du monde:
- Un pas de plus, dit-il, et on mettait le pied sur rien.