samedi 30 juillet 2016

mercredi 27 juillet 2016

lundi 25 juillet 2016

Journal du 25 juillet 1889

Écrire une série de pensées, de notes, de réflexions,  à l'usage de Pierre, intitulées "les Cahiers de Boulouloum".
L'amour:  tu aimeras, c'est-à-dire que tu voudras coucher avec une femme, et que tu auras quelque temps du plaisir à coucher avec cete femme.
Littérature: je ne veux pas te faire un cours. Je peux te dire quels livres j'ai relus, et quels écrivains j'ai aimés.
La musique: pêche à la ligne près du pont de Marigny. D'une fenêtre ouverte dans un cadre de branches m'arrivait une mélodie neuve, et j'étais vivement ému quand, en même temps, mon bouchon se mettait à danser dans l'eau.
La peinture: je souhaite que tu l'aimes et que tu montres plus de goût que moi qui n'ai jamais pu distinguer un tableau d'une impression lithographique en couleurs.

samedi 23 juillet 2016

Journal du 23 juillet 1902

Non! Non! Je ne suis pas de ceux qui feraient "bonne figure sous une grêle de balles".

vendredi 22 juillet 2016

Journal du 22 juillet 1887

La mer, en grande artiste, tue pour tuer, et rejette aux rochers ses débris, avec dédain.

mercredi 20 juillet 2016

Journal du 20 juillet 1887

Son coeur délaissé, abandonné, isolé, plus seul qu'un as de coeur au milieu d'une carte à jouer.

lundi 18 juillet 2016

Journal du 18 juillet 1887

Dites à une femme deux ou trois mots qu'elle ne comprenne pas, d'aspect profond. Ils la déroutent, l'inquiètent, la rendent anxieuse, la forcent à réfléchir, et vous la ramène consciente de son infériorité, sans défense. Car le reste est jeu d'enfant.
Il n'est, bien entendu, pas nécessaire que vous les compreniez vous-même.

vendredi 15 juillet 2016

Journal du 15 juillet 1902

Le coeur. Que d'histoires! Que d'histoire! ils ont tout embrouillé. Tout est à recommencer. A force d'exagération, c'est devenu insignifiant.

mardi 12 juillet 2016

Journal du 12 juillet 1892

Quand elle avait pris ses belles résolutions d'économie, elle commençait tout de suite par refuser aux pauvres.

dimanche 10 juillet 2016

Journal du 10 juillet 1902

Au restaurant, timide toute la soirée, je me rattrape en disant au garçon d'un air sombre: "Donnez-moi du pain rond."

samedi 2 juillet 2016

vendredi 1 juillet 2016

Journal du 1er juillet 1887

Aujourd'hui, déjeuner avec Henry Maret, du Radical. Sans doute, c'est un homme comme un autre, et, malgré cela, un petit tremblement vous secoue à l'approche de ces hommes qu'on  cherche à s'imaginer comme les autres, pour se faire illusion.

jeudi 30 juin 2016

mardi 28 juin 2016

Journal du 28 juin 1897

En somme, cette mort a ajouté à mon orgueil.
Le 21 juin, à une heure, on sort le cercueil par le jardin pour que maman et ma soeur n'entendent rien.  Des gens attendent sur la route. La plupart ont l'immortelle rouge à la boutonnière. M. Hérisson est là. Je dis: 
- Nous vous remercions spécialement d'avoir bien voulu venir. 
Je sors dans la rue. Je crois que tout le monde me regarde, qu'après mon père c'est moi le plus important de la cérémonie, et qu'il faut faire une figure. Je la sens dure.
On s'ébranle. Les dix conseillers municipaux se relaient pour porter le cercueil. Contre son bois on entend, à chaque pas, battre les poignées de métal.
On passe devant la mairie et devant l'église. Le soleil nous chauffe la tête. Par toutes les routes il arrive du monde en retard.  Dans une voiture, le père Rigaud, maire de Marigny, âgé de 84 ans, et son fils qui  a l'air plus vieux que lui.
Le cimetière. la fosse est là, dans un coin, près de la route.

dimanche 26 juin 2016

Journal du 26 juin 1905

Lu quelques pages de Stendhal sur Bourges, Mémoires d'un touriste, tome I. Je finirai peut-être par rougir de mon ignorance. Stendhal m'amuse, mais pendant mon année de volontariat à Bourges, je n'ai pas regardé la cathédrale. Quant à l'hôtel de Jacques Cœur, bien des fois j'ai passé devant, au pas accéléré,  pour aller prendre le train de Paris. Je n'ai tout de même pas envie de refaire une année de service militaire. 
Stendhal dit qu'à son arrivée à Bourges il se sentit étouffé par le sentiment de petitesse bourgeoise. Je n'ai d'ailleurs pas senti ça non plus.

samedi 25 juin 2016

Journal du 25 juin 1905

Il y a un Dieu par système planétaire. Ils ont fini, dans l’éternité, par se mettre tous d'accord. Quelquefois, pourtant, ils se fâchent, et brisent des mondes.

vendredi 24 juin 2016

Journal du 24 juin 1907

Ragotte demande:
- Lave-t-on aujourd'hui, madame?
- Mais oui! c'est lundi.
- Oh! je ne dis pas ça pour moi. Moi, ça m'est égal, mais c'est la Saint-Jean.
- Ah! Eh bien!...
- Les domestiques loués entrent chez les maîtres.
- Ah?
- Personne, pas une femme ne va au canal, ce jour-là.
- Bon, bon. Vous ferez la lessive demain.
- Oh! si vous avez quelque chose à me faire laver...
- Demain, demain.
- Si vous avez quelque chose qui presse...
- Non, non.
- Oh! ce n'est pas pour moi. 
- Ce n'est pas pour moi non plus, Ragotte.
Et elle s'habille en noir. Elle ne fera rien. Elle sortira sur la route, tricotant une chaussette.