mercredi 23 octobre 2019

Appel à contribution

Fabula  -   Appel à contribution
Cahiers Octave Mirbeau, n° 28 
DESCRIPTION : Les Cahiers Octave Mirbeau qui paraissent désormais dans la prestigieuse collection d'amis d'auteur, chez Garnier se proposent, pour la parution du n°28, de suivre deux perspectives d’étude.
1 – L’anticolonialisme d’Octave Mirbeau [...]
2 -Mirbeau, Jarry, Renard, écrivains du passage « Le réalisme finissant l’a élu pour agoniser en lui » (Cité par Michel Autrand, L’Humour de Jules Renard, Klincksieck, 1978, p. 66). C’est en ces termes qui composent une manière de discours millénariste en réduction que Sartre réévaluait l’échec d’un écrivain capital, Jules Renard. Cette impasse des genres à quoi conduirait l’examen de l’œuvre de l’auteur de Poil de Carotte et du Journal sanctionne également une réussite, en un sens, et peut s’appliquer à plus d’un contemporain de Renard : elle ouvre la voie à l’analyse des limites, des écarts, des lignes de superposition ou de fracture qui dessinent la spécificité d’une œuvre par rapport à un mouvement dominant. L’objet des Cahiers Octave Mirbeau n°28 sera en partie de soumettre à une telle approche l’œuvre de trois artistes qui surent naviguer à égale distance des courants porteurs que furent le naturalisme et le symbolisme : il existe sans conteste chez Octave Mirbeau, Jules Renard, Alfred Jarry, un effort plus ou moins exprimé pour s’engager vers des horizons littéraires neufs comme le naturisme, l’absurde, le surréalisme, la prose poétique, l’écriture féroce ou fantastique, l’hypersubjectivité ou la revendication d’une féconde myopie littéraire, la recherche d’une déconstruction des modèles jusqu’à leur dislocation. Issus de générations différentes, les trois artistes partagent néanmoins le triste privilège de ne se frayer, au plan biographique, qu’un très bref chemin vers le XXe siècle. Ils sont pourtant tous trois écrivains de la transition (du pathétique à l’ironique, du romantisme au réalisme, et des frontières du littéraire, plus généralement). Plus que auteurs de la transgression, il est d’une analyse plus raisonnable de parler d’écrivains du passage. Les contributions pourront par conséquent emprunter des orientations thématiques, autant que générique ou génétique, et aborder ainsi : - La diversification des genres : pratiques (parfois concomitantes) du récit, du théâtre, de l’essai, du texte autobiographique ; les grands modèles littéraires. - Le drame de l’enfant comme expérience matricielle ; l’humour, la férocité, la rosserie ; la place du rêve ; l’image de la femme : la misogynie, vérités et légendes ; figures de la comédienne ; les enjeux du thème animal. - Les rencontres biographiques (les journaux, l’inimitié avec Gide, les amitiés communes avec Vallette, Rachilde, Lugné-Poë, André Antoine ; les revues Le Mercure de France, La Revue blanche ; l’académie Goncourt) et les points de convergence sur le terrain des personnalités ; Jarry et Mirbeau dans le Journal de Renard. - La séduction du texte court ; la tentation du silence ; poétique exemplaire du peintre (Claude Monet, les nabis) ; monstruosité et cruauté littéraires. - La sensibilité anarchiste et son expression chez l’homme de lettres, le diariste, le journaliste ; les réussites polémiques ; nationalisme et chauvinisme ; les rapprochements plus ou moins durables avec le socialisme. *** Les propositions d’articles seront à faire pour la fin du mois de mai 2020. Les textes complets, quant à eux, devront être remis pour la fin du mois de septembre 2020
(samuellair@sfr.fr, ou anitastaron@wp.pl) 
Responsable : Samuel Lair

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.