vendredi 25 mars 2016

Incipits

Le tourniquet saint-Jean, dont la description fut fastidieuse en son temps au commencement de l'étude intitulée une Double Famille (voir Scènes de la vie privée), ce naïf détail du vieux Paris n'a plus que cette existence typographique.
(Honoré de Balzac, Les petits bourgeois)

Vers le milieu du mois de juillet de l'année 1838, une de ces voitures nouvellement mises en circulation sur les places de Paris et nommée des milords, cheminait, rue de l'Université, portant un gros homme de taille moyenne, en uniforme de capitaine de la garde nationale.
(Honoré de Balzac, La cousine Bette)

Vers trois heures de l'après-midi, dans le mois d'octobre de l'année 1844, un homme âgé d'une soixantaine d'année, mais à qui tout le monde eût donné plus que cet âge, allait le long du boulevard des Italiens, le nez à la piste, les lèvres papelardes, comme un négociant qui vient de conclure une excellente affaire, ou comme un garçon content de lui-même au sortir d'un boudoir.
(Honoré de Balzac, Le cousin Pons)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.