lundi 21 décembre 2015

Journal du 21 décembre 1900

Cette dragonne de vertu a eu son aventure.
A table, comme elle donne quelque chose à un petit chien, elle sent une main qui tripote la sienne. Elle croit à une erreur. Une seconde fois, elle offre quelque chose au chien, et la même main. Elle est furieuse. Puis, un autre tripotage à la faveur d'une tasse qu'elle présente.
Elle rentre "toute rouge intérieurement". Le lendemain, elle raconte tout à son mari qui lui répond:
- Il devait être saoul.
- Je n'aime pas ça, moi, dit-elle. Je suis un bon garçon. Je ne veux pas que l'on me prenne pour une coquette. Oh! je l'aurais giflé!
Il est coutumié du fait, paraît-il.
- Mais c'est un hommage! lui dis-je.
C'est touchant et drôle, la vertu d'une femme laide. Et le mari répète:
- Pour moi, il était saoul. Sans quoi, je lui aurais dit à notre première rencontre: "Eh! bien, mon vieux, tu en as été pour tes frais."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.