lundi 16 novembre 2015

Journal du 16 novembre 1906

Quelques jours avant la mort du petit Joseph  ils ont vu une lumière se promener dans le jardin. Le Paul l'a vue aussi, mais Philippe a cru que c'était Paul, et, le Paul que c'était Philippe. Quand ils ont su que ce n'était ni l'un ni l'autre, ils ont dit: C'est notre pauvre petit qui est venu nous annoncer sa mort." C'est sans doute Ragotte qui leur a soufflé ça. Ils ne disent pas le contraire. 
La Saint-Martin, fête à Combres. On boit du vin doux qui n'a pas encore fermenté, on mange de la galette aux pruneaux, aux orties, aux poires, à la semoule, ce qui me vaudra trois jours de migraine.  On nous fait passer dans la chambre où il y a un lit.
Le parquet, la danse divisée en deux parties; après la première, le musicien, avec une corde, sépare les danseurs du reste du public afin qu'ils n'échappent pas sans payer. A deux heures, il n'y a personne dehors. Comme il fait déjà froid, les portes sont fermées, mais, par la fenêtre, on aperçoit les gens autour des nappes blanches.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.