samedi 8 novembre 2014

Journal du 8 novembre 1893

Fortune, ne me brusque pas trop. Prends-moi par la douceur. De toutes petites leçons me corrigent. Je je comprends les demi-reproches à demi-mot. Ne t'acharne jamais, va. Garde tes meilleurs coups pour les asséner sur des têtes plus dures que la mienne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.