jeudi 27 novembre 2014

Journal du 27 novembre 1906

Une pauvre femme de l'Odéon, l'air d'une pauvre concierge sans place, me dit d'abord qu'elle organise une représentation à son bénéfice et le demande d'insérer un article quelque part. 
- Pourquoi vous adressez-vous à moi?
- Parce que j'ai lu des choses de vous.
Elle ment, et, à mesure qu'elle ment, le coeur se durcit.  elle est dans le septième dessous. Elle va m'offrir des billets. Elle finit par dire:
- Monsieur Renard, je vous dis comme à tous ces messieurs: je cours après une bouchée de pain.
Il fallait le dire!
Trop tard. Le coeur est complètement  dur. Je ne peux rien.  Bonjour, madame.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.