mardi 18 novembre 2014

Journal du 18 novembre 1908

C'est la première fois que je viens au Matin appoeter un article deamndé. Quel magasin! Je demande:
- Monsieur Jouvenel.
- Monsieur de Jouvenel, rectifient les garçons.
Un monsieur que je connais, et dont je ne sais pas le nom, , me salue. Il n'attend rien. Il vient dans cette antichambre pour son plaisir, causer avec quelqu'un de rencontre. 
M. de Jouvenel, très cordial, lit l'article et le trouve à son goût. Il me demande des contes. Le public y revient, a besoin d'en lire, n'importe quoi, ou n'importe qui.
- Les contes ne sont pas bons, dit-il. La jeunesse est sèche. Pas d'émotions. Vous, vous savez.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.