mardi 20 mai 2014

Journal du 20 mai 1908

Société des Auteurs. Assemblée orageuse et confuse. Trarieux, le porte-parole du syndicat professionnel. Un visage morne, des hésitations qui ne sont pas toutes calculées et qui ressemblent parfois à des bégaiements. Un peu plus, et ce serait l'orateur. Il vaudrait par la clarté, jusqu'à ce qu'il parût ennuyeux.
Bernstein était déjà violent; il devient méprisant. Tristan rentre un discours. Veber dit les deux raisons pour lesquelles il ne votera pas le rapport.
Longs applaudissements pour Richepin, de l'Académie française. Oh! je vois qu'il y a tout de même une différence avec l'Académie Goncourt. Aucune allusion à mon élection.
Capus agite sa petite sonnette. C'est le manque d'autorité même. Il se rattrape au vote et ne lit pas mal les bulletins.
Aucun ordre, aucune logique: l'ignorance.
Je vote pour Hervieu, mais je ne l'applaudis pas. Donnay passe avec ma voix, il fallait 95 voix, il en a 96.
Et tous pleurent, depuis Sardou jusqu'à Gavault, mais, lui, il doit pleurer au nom de quelqu’un. Mirbeau a un petit chapeau plat, comme un homme bien décidé à ne plus avoir peur de Claretie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.