samedi 17 mai 2014

Journal du 17 mai 1900

Comme  j'appelle le chien, le vieux se retourne, croit que c'est lui que j'appelle, que je lui fais un signe, peut-être un pied de nez. Il s'éloigne et va m'attendre à une barrière de pré qu'il feint de consolider. Comme je passe, il se retourne, oh! pas nettement, et nos regards se rencontrent par-dessous nos nez. . Il ne salue pas, moi non plus. Nous passons. Il crache un bon coup. Et tout de suite j'imagine un drame. 
Le surlendemain, comme Marinette m'offre le bras, je lui dis:
- Si le vieux nous voyait!...
- Il cracherait, dit-elle.
Elle aussi l'avait remarqué. M'en voilà malade.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.