mardi 3 décembre 2013

Journal du 3 décembre 1905

O douce rêverie, tu es l'excuse de ma paresse.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.