lundi 24 juin 2013

Journal du 24 juin 1905

Affaire du Maroc. Ça ne s’arrange pas si vite. Jaurès m'inquiète par son accent de patriotisme. S'il le faut...
Je regarde mon livret. Il me dit qu'en cas de mobilisation il faut attendre un nouvel ordre. J'attendrai. On a moins peur de la guerre à quarante ans qu'à vingt. A vingt ans, le patriotisme est imposé; à quarante, il est raisonné.
Oui, la guerre est odieuse! Oui, je veux la paix, et je lâcherais tous les Maroc pour vivre en paix.
Si, tout de même, les Allemands prenaient cette soif de paix pour de la peur, s'ils s'imaginaient qu'ils vont nous avaler, d'une bouchée, ah! non.
Au fond, je tiens plus à la paix qu'à la vie.
On marcherait, et bien, je vous jure!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.