vendredi 19 avril 2013

On aura tout lu, même du Thierry Clermont

Le journal intime a-t-il un avenir ?
Évoquer aujourd'hui le journal intime, c'est remonter une tradition littéraire que l'historiographie fait naître au début du XIXe siècle avec les écrits de Maine de Biran et de Benjamin Constant. c'est également pointer un vaste corpus d'où émergent les grands diaristes tels que Vigny, Stendhal, les Goncourt, Bloy, Gide, Claudel, Léautaud, Morand, Julien Green, Cocteau, Bauchau ou Calaferte (seize volumes de Carnets entre 1956 et 1994), sans oublier Matthieu Galey, l'excentrique Philippe Julian, ou la grande réfractaire des années folles, Mireille Havet, récemment exhumée.
(Thierry Clermont, tclermont@lefigaro.fr,  Le Figaro littéraire, jeudi 18 avril 2013, p. 2)

Comme tout le monde ne le sait pas, mais c'est l'occasion de l'apprendre, Jules Renard a, lui aussi, écrit un Journal. Il est même publié dans la Bibliothèque de la Pléiade.
T.J.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.