mardi 16 avril 2013

Journal du 16 avril 1906

Trop de vanité, trop d'impatience.
Je ne veux pas me mettre moi-même en avant, mais ça m'ennuie qu'on ne vienne pas me chercher par la main en disant: "Voilà l'homme qu'il nous faut." D'ailleurs, je refuserais de suivre.
J'aime les belles idées. Je souffre, à les voir servir d'étiquettes à des hommes qui ne sont pas beaux.
Je raisonne ainsi: puisque je n'arrive pas à être un brave homme, il n'y a point de brave homme.
Je feins d'écouter, mais ce n'est pas pour entendre, car je n'écoute pas et je souffre de ne point parler.
Je veux être franc et je dis faux.
Il y a des choses que je m'efforce de ne pas dire, mais je souhaite qu'on les devine.
En somme, je souffre surtout de n'être pas compris et de ne pas pouvoir être ce qu'à mes moments de noblesse clairvoyante je voudrais être.
Trop, trop de vanité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.