mercredi 8 août 2012

Journal du 8 août 1905

Le 6, prix à Châtillon-en-Bazois.
- Eh bien! me dit le sous-préfet, il est très gentil votre petit discours! Seulement il n'y a pas de clous dorés à votre fauteuil. J'ai regardé: ils sont argentés. 
- Vous devriez prendre la parole, monsieur le sous-préfet.
- Je ne suis pas venu officiellement, mais invité par M. Léger, maire. Oui, je prendrais bien la parole, mais pour quoi dire? Vous avez tout dit.
- Trop aimable. C'est égal, vous auriez dû mettre votre uniforme. Cette petite fille que vous embrassez aurait gardé de vous un souvenir éternel, tandis que, avec votre redingote, vos gants blancs et votre chapeau à claque, vous ne resterez pas dans sa mémoire.
- C'est juste.
Lui et l'inspecteur d'académie, ils ont des figures comme si je leur avais volé la place.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.