vendredi 24 août 2012

Journal du 24 août 1906

Promenade à Montenoison. Admirable vue, surtout au nord. Le Morvan un peu embrumé.
Les deux arcs croisés d'une voûte restent intacts. Le promeneur qui, au pied du calvaire, dit un Pater et un Ave, a droit à quarante jours d'indulgence. Est-ce que cette vue ne suffit pas comme récompense au terme de notre ascension? 
Sur cette hauteur, des arbres, un champ de blé, une vache, une chèvre. Et toujours le cimetière plein de petits orgueils: des pierres tombales énormes. Ce qu'on se fatigue pour les morts! Deux femmes en deuil viennent s'agenouiller sur une tombe.
L'église est fermée. Plaisir peureux à marcher sur les morts.
On monte avec orgueil sur une vieille muraille. Villages au pied: Noison, Arthel, Champlin, et Champallement perché sur un petit abîme. Étonnement de voir de jolies maisons et, dans un jardin, un monsieur à gilet blanc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

En publiant un commentaire sur Jules Renard, vous vous engagez à rester courtois. Tout le monde peut commenter. Les commentaires sont publiés après modération (Pas de langage SMS), Merci.